Le monde tout entier aspire à la liberté, et pourtant chaque créature est amoureuse de ses chaînes.
Tel est le premier paradoxe et le nœud inextricable de notre nature.

Print Friendly